Que va-t-on manger en 2050 ? Tendances food du monde

Surpopulation. Pénurie de denrées alimentaires. avec tout ce qui se dit ici et là, il y a de quoi se poser des questions. C’est que notre chère planète bleue accueille toujours plus d’habitants. La question du jour est donc : comment va-t-on réussir à nourrir tout ce petit monde ?

Loin d’être de simples fantasmes futuristes, les études et expérimentations actuellement menées dans le domaine de l’innovation culinaire dessinent de nouveaux scénarios gustatifs et nutritionnels que nous n’allons pas tarder à adopter. Selon le Professeur Wayne Bryden, University of Queensland et FutureAgenda, dans les pays développés, nous apprenons à nous nourrir de manière durable en ayant moins de dépendance à la viande. Pour le scientifique, avec l’application des outils de la biotechnologie moléculaire, la nutrition dans le futur sera personnalisée et permettra d’améliorer la santé et le bien-être de chacun.

Il y a quoi au menu ?

Le futur risque donc de faire la part belle à différents aliments pour le moins surprenants. Dans le top trois on retrouve les insectes.  Pour des raisons de protection de l’environnement liées à la raréfaction des protéines animales, l’Organisation Mondiale de la Santé recommande l’élevage d’insectes à grande échelle depuis 2013. Une nouvelle génération de chefs, d’agriculteurs, d’experts du développement durable et de mangeurs audacieux est donc en train de s’aventurer dans ”lentomophagie” (consommation d’insectes par l’humain), pendant que les adeptes de sport et de fitness y voient une ressource supplémentaire d’énergie. Le principal défi des marques sera de surpasser l’imaginaire peu ragoûtant que ces nouvelles mixtures évoquent. Car oui, nos petites bestioles ne sont pas forcément le quatre heure préféré de tout le monde. Il faudra donc travailler sur les textures, les emballages intelligents, une communication moderne et séduisante afin de faire accepter ces ingrédients inhabituels par un plus large public.

 

Deuxième champion, le steak in vitro. Non, non, on ne plaisante pas. Le scientifique, Mark Post, a déjà conçu un steak artificiel en 2013, qu’il a fabriqué à partir de cellules souches de vache cultivées en laboratoire.

 

Enfin, au delà des nouvelles formes de nourriture on trouve aussi de nouvelles façon de l’élaborer. Et la grande championne du jour se trouve être l’impression 3D. L’ingénieur Anjan Contractor, a d’ailleurs déjà envisagé d’utiliser cette technologie pour créer des pizzas et de nouvelles formes d’aliments, encore à base d’insectes. L’imprimante en question, financée en partie par la NASA, devait pouvoir être utilisée par les astronautes. Mais en fait, un tel appareil pourrait servir surtout à lutter contre la faim et la malnutrition sur notre vieille planète. L’utilisation d’une telle ressource pourrait ainsi faire éclore de nouvelles saveurs et de nouveaux aliments qui seraient en mesure de palier à une certaine pénurie de nourriture.

 

Alors, la nourriture du futur, pour ou contre ? 😉

 


Recommended Posts

Laisser un commentaire